Locke, ça roule pour Tom Hardy

film_Locke_tom_hardyLocke, un film de Steven Knight (scénariste des Les Promesses de l’Ombre, réalisé par David Cronenberg), avec Tom Hardy, suit l’histoire d’un chef de chantier respectable et respecté qui, depuis sa voiture, va devoir gérer les plus profonds bouleversements de sa vie.

Tout se passe donc dans une voiture,

la BMW d’Ivan Locke, et toutes les conversations auront lieu par téléphone en dehors des quelques monologues de Locke lui-même. Et c’est en soi en enjeu : comment faire tenir tout un film (1h25) dans un espace à la fois aussi réduit mais surtout aussi compliqué à filmer qu’une voiture ? Les huis-clos à petit budget sont une nouvelle source d’inspiration pour le cinéma industriel depuis quelques années :
Phone Game cloîtrait Colin Farrell dans une cabine téléphonique ;
Buried condamnait un soldat US dans un cercueil ;
This Is The End confine ses personnages quasi intégralement dans une villa (certes spacieuse) ;
Carnage, de Roman Polanski, et son appartement étouffant,
La Prison de Verre et ses cloisons paranoïdes,
– sans parler de Flight Plan, pour exploiter l’angoisse d’être coincé dans un avion,
– ou encore Panic Room (tiens, encore Jodie Foster) et sa chambre forte, etc.
(Je ne vous cite que quelques uns de ceux que j’ai vus, et vous laisse compléter la liste dans les commentaires !)

Le principe scénaristique du lieu unique est idéal pour l’industrie hollywoodienne : rapide à tourner (9 nuits de tournage pour Locke), ne nécessite pas des mois de repérage, limite nécessairement le nombre de personnages, et donc bénéficie d’un budget réduit pour un résultat percutant : c’est la formule magique « limitation du risque pour ROI potentiellement élevé » (le « high concept« , comme on dit).

Deux challenges se posent pour Locke

1/ s’il est facile de créer un faux cercueil (c’est le cas dans Buried) ou une chambre forte exprès pour le film (Panic Room), la voiture est une autre paire de manches : comment planquer des caméras de telles sortes que les angles soient intéressants, dans un endroit aussi exiguë, en mouvement, et sans opérateur caméra ? Ok, on objectera que le réalisateur et le chef opérateur peuvent être cachés dans le coffre. Je ne vous raconte pas les frais de kyné. Et 2/ quelle histoire raconter qui puisse se dérouler dans une voiture et tenir le spectateur en haleine pendant 1h30 ?

Locke relève le défi, ne serait-ce que parce que l’histoire est à la base du film : Steven Knight (inventeur du jeu Qui Veut Gagner des Millions, rien que ça) est parti d’un principe simple : raconter une histoire qui chamboule la vie d’un individu lambda sans que ce soit la fin du monde autour de lui. Deux récits se percutent au volant de la BMW d’Ivan Locke : sa paternité, qui entre elle-même en résonance avec sa propre histoire, et son chantier. Deux naissances en cours, deux problèmes complexes à gérer à distance, deux projets de vie.

Reste la réalisation

J’ai été séduit dès le départ par la qualité des images. Non pas par leur précision, leur piqué, ni leur perfection technique, mais au contraire par le choix assumer de filmer tout ce qui fait la beauté hypnotique d’une route la nuit : les lueurs électriques, le rythme des lampadaires d’autoroute qui scandent les kilomètres comme une transe, les reflets flous sur les vitres, l’anonymat des voitures autour… La lumière est splendide, les défauts assumés (les flares des phares en plein écran, les sursauts mal compensés par les amortisseurs, etc.), tout ce qui fait le charme vaguement déprimant des grands axes urbains.

Locke n’est pas perdu, il est isolé. Il n’est pas seul, il est face à lui-même, comme tous ceux qui l’entourent. On compte sur lui. Pourra-t-il compter sur les autres ?

Pour moi qui prépare un court-métrage dans une ambiance assez proche, Locke est une belle réussite et une source inespérée d’inspiration.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Locke, ça roule pour Tom Hardy »

  1. Ping : Taxi, un court métrage indépendant (qui va devoir changer de titre) | Cinema Scenario

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s